Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vocation d’Armelle Hiance et l’histoire du Studio ah ! 

Depuis quand faites-vous ce métier ? Pourquoi avoir choisi cette voie ? 

J’ai toujours aimé dessiner et observer le monde, surtout les visages des adultes. Mes parents faisaient beaucoup de photos et quand j’ai eu une dizaine d’année, ils m’ont mis leur boitier dans les mains, et mon père a installé un labo photo pour que je puisse tirer mes propres premières images. J’ai commencé à passer des après-midis dans le noir à regarder les photos apparaitre dans les bacs de chimie : révélateur, bain d’arrêt, fixateur … 3 étapes essentielles et magiques! 
Mais étant issue d’une famille de médecins, c’était une évidence pour moi que j’allais faire médecine. J’étais particulièrement fascinée par la psychiatrie parce que j’aimais l’idée de comprendre la manière dont les pensées de l’homme naissaient.

Quand j’ai eu 17 ans, j’ai eu la chance de partir faire un an d’études dans un lycée du Kansas, aux Etats-Unis, et j’ai eu le choix de construire moi-même mon emploi du temps. C’était fabuleux ! J’ai choisi de faire 5h de pratique artistique quotidienne: ça allait de la photographie, du dessin, à la sculpture, la peinture… J’ai vite compris que je ne voulais plus m’orienter en médecine et que je désirais plutôt faire une école d’art. 

Après mon bac, j’ai donc fait une année de prépa pour passer les concours des Arts Déco que je n’ai pas réussis, et j’ai rejoint les Beaux-Arts de Nantes. Ces 3 années ont été formidables et m’ont permis de m’ouvrir, de sortir des sentiers battus et de faire des images avec une grande liberté !

J’ai ensuite été prise à l’école Nationale Supérieure Louis Lumière à Paris. J’avais décidé à l’époque que je ne voulais pas être photographe et je m’imaginais plutôt travailler avec des auteurs en galerie ou en agence. Ne voulant surtout pas photographier des personnes, je me suis spécialisée en photo d’architecture et de paysage, et une fois diplômée j’ai travaillé pour le Conservatoire du Littoral et les institutions dans ce domaine, pendant 8 ans environ.

Et puis j’ai attendu mon premier enfant. Pendant ma grossesse je me suis interrogée sur la photo de famille : où était-elle ? Les artisans photographes semblaient avoir disparu de nos villes… Qui faisait désormais les photos de mariage et les photos de bébé ? J’ai alors fait mes recherches et je me suis rendu compte qu’il y avait tout un champ très artistique qui se mettait en place et qui m’a beaucoup plu. 

Et c’est comme ça que de fil en aiguille, quand j’ai déménagé de Paris à Nantes en 2012, j’ai décidé d’ouvrir le Studio ah! J’avais comme objectif de continuer mon travail en communication d’entreprise, avec notamment des reportages en entreprise et en événementiel. Le portrait a intégré mon activité au service des professionnels.

En parallèle je voulais proposer du tirage d’auteur: je me suis équipée pour pouvoir proposer du tirage de très haut de gamme, avec des encres pigmentaires et en très grand format. Et puis je voulais aussi aborder un petit peu la photo de famille. Et au fil du temps, le portrait corporate a remplacé ce que je proposais initialement en communication d’entreprise, la photo de famille a pris de plus en plus de place et le tirage d’art a fini par disparaitre de mon activité. Finalement aujourd’hui je ne fais plus que de la prise de vue et je travaille maintenant avec des prestataires de grande qualité pour mes propres tirages. 

Moi qui avais décidé de ne jamais être photographe et de ne jamais photographier des gens, je suis ravie de mon métier !
Et puis finalement je ne suis pas si éloignée de mes intérêts d’origine : observer les visages, rentrer en contact avec les autres !

Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

“Mes premières inspirations ont été la découverte de jeunes auteurs avec qui j’ai fait les Beaux-Arts et Louis Lumière, c’était fabuleux! 

Aujourd’hui mes sources d’inspiration viennent de la photographie (Malick Sidibé et Seydou Keita), de la peinture (Edward Hopper), du théâtre et de la musique (en allant de Fauré, Rachmaninov, à Nina Simone ou Paolo Conte !)”

Si vous étiez un lieu ?

“Crozon ou Kansas City!

Crozon pour les paysages, la température, l’humidité, le vent.

Et Kansas City parce que c’est là que ma carrière de photographe a commencé !”

Si vous étiez une couleur ?

“Toutes ! C’est la lumière qui révèle la couleur, et la photographie c’est dessiner avec la lumière ! Mais oui, des couleurs, plein !”

Si vous étiez une émotion ?

“Vous allez dire que je triche… Toutes ! C’est l’ensemble des émotions qui fait l’humain ! C’est ça qui est beau et si fascinant !
Mais bien sûr, au Studio ah! c’est la joie qui prévaut !”

Si vous étiez une citation ?

“J’aime beaucoup celle d’Henri Michaux : « Avec tes défauts pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu’irais-tu mettre à la place ? ». J’adore cette idée que l’humain est si riche qu’il ne faut rien lui retirer !”

Et votre plus grande fierté ?

“La création du Studio ah! bien sûr, en août 2012 puis en avril 2019 dans son nouvel emplacement au 194 boulevard Jules Verne.
Ce nouvel espace plus grand, plus confortable a été entièrement dessiné pour la photographie de famille telle que je l’imagine : c’est un espace qui se prête bien à la fois à des photos très intimes, notamment avec des bébés ou des femmes enceintes, et en même temps qui permet d’accueillir des grandes familles de 20-25 personnes pour faire des photos rassemblant toutes les générations. Le Studio ah! a été créé pour ça! Sa spécificité est d’être le plus grand studio de portrait de famille de Nantes !

Ma plus grande fierté est la part essentielle de la photo de famille et du portrait au Studio ah! qui représente 95% de mon activité aujourd’hui. Et puis tous les supports que j’utilise ont été choisis pour leur grande longévité, de l’ordre du siècle ! Ce que je propose est donc un objet rare et précieux qui vient décorer un espace de vie et s’intégrer au quotidien. Je suis ravie de faire en sorte que la photographie retrouve sa place initiale dans le patrimoine familial, grâce à  ce tableau de famille ou ce portrait qui sera transmis de génération en génération. C’est fabuleux de me dire que les bébés que je photographie aujourd’hui au Studio ah! pourront montrer leurs images à leurs petits-enfants ! 

Bien sûr cet espace permet aussi de faire une grande variété de portraits professionnels et d’accueillir des équipes de travail. Le Studio ah! dispose de plusieurs couleurs de fond, de différentes distances de prise de vue, de nombreux éclairages qui permettent d’être au plus proche du secteur d’activité dans lequel travaille le professionnel. J’accueille des chefs d’entreprise, des indépendants, des consultants, des artistes, un grand panel de profession qui a besoin de portraits et de photos professionnelles pour se présenter sur les réseaux sociaux et les outils de communication. “

Une anecdote sur le Studio ah ! ?

“Je me souviens de cette jeune maman qui est venue pour faire un portrait de son nouveau-né. Après un an, elle est venue faire une séance photo de famille avec son mari, et ils se sont offerts deux beaux agrandissements. Et puis ils ont déménagé et deux ans plus tard ils m’ont rappelée pour m’annoncer la naissance de leur second enfant. Ils sont alors venus exprès du Nord de la France pour faire une séance photo de famille à 4 ! J’aime cette idée d’être témoin de l’histoire des familles. “

Votre prochain projet?

Surprise ! 😉

Le mot de la fin ?

Si vous voulez en savoir encore plus sur le Studio ah ! et ses différentes prestations, vous pouvez consulter les pages dédiées à la photo de famille ou au portrait professionnel sur notre site. Et n’hésitez pas à nous contacter ! Je serais ravie de vous rencontrer et de connaître vos projets!